Romania - Episode 2 : A la découverte de Bucarest

"Avec un régime totalitaire, tout est possible"... Voila la phrase que j'ai entendu et qui résume assez bien l'histoire de la Roumanie...

 

Un jour, Mr Totalitaire a décidé de construire pleins de choses, et pleins de choses se sont construites. Mr Totalitaire a dit : dégagez moi ces églises un peu plus loin, et mettez des immeubles à la place : et il en fut ainsi.

 

 

C'est ainsi qu'en plein centre ville, on trouve des buildings délabrés (gris et ayant besoin d'un bon ravalement). Je dirai même que ces buildings constituent la majorité des décors du centre ville de Bucarest...

 

Mais ces régimes totalitaires ont également permis à des monstres d'architecture de voir le jour comme le "Palais du Parlement" ou la "maison du peuple" : le deuxième plus gros bâtiment du monde derrière le pentagone !

On pourrait penser que ce genre de bâtiment date d'il y a très longtemps et qu'on ne mets plus "aussi facilement" 20 000 ouvriers sur un tel chantier pendant 6 ans, mais en fait non : il a été achevé après la chute du bloc communiste, soit au début des années 90... ! 

 

 

Ce palais est réellement très très impressionnant et on se sent vraiment tout petit lorsque l'on est à côté. 

 

Quelques chiffres sur sa construction pour vous donner une très vague idée : 

Les travaux commencèrent en 1984, nécessitant la destruction de 520 ha de la ville de Bucarest (1/5 de la superficie totale, soit l'équivalent de 3 arrondissements parisiens), avec la démolition ou le déplacement d'une trentaine d'églises. Celle-ci entraîna l'expulsion et le relogement de 40 000 personnes dans des immeubles parfois insalubres (sans eau, ni gaz, ni électricité). 20 000 ouvriers y travaillèrent jour et nuit. 
Le projet aura coûté 40 % du PIB du pays chaque année.
Le palais a une surface au sol de 45 000 m² et 350 000 m² habitables. Le palais mesure 270 mètres sur 240 mètres, et a une hauteur de 86 mètres. Il contient 1 100 pièces réparties sur 12 étages, avec quatre niveaux supplémentaires en sous-sol actuellement accessibles et utilisés. Il en existe quatre autres encore plus ou moins achevés.

 

 

Mais les églises déplacés restent visibles et sont splendides pour quiconque aime et apprécie l'art "orthodoxe".

 


La première banque du pays et une des nombreuses petites églises que l'on trouve partout

 

Bref, une ville pleine de richesse qu'on ne soupçonnerait pas au premier abord tant les immeubles sont gris / marrons avec une forte connotation "année 80", et ce qu'on pourrait prendre pour un quartier de banlieue glauque est en fait relativement chaleureux et commerçant...



Catégorie : Du Boulot... (pas l'arbre hein...)     Publié le : 30/03/2010 à 23h50



Palais Architecture roumanie Communisme Bucarest



Autres articles de ce blog :

Romania - Episode 1 : Arrivée à Bucarest Romania - Episode 3 : Découverte culinaire

Autres articles sur ce thème :
Romania - Episode 1 : Arrivée à Bucarest
Moi, version "Amy WineHouse"
Des yuccas en veux-tu en voila

 

Ils ont commenté :



Par georges, le 31/03/2010 à 09h29
le second plus gros "batiment administrastif" du monde pour etre exact

 

Votre commentaire :

Pseudo :


Adresse Email :


Site Web / Blog :


Votre commentaire :

Insérez des smileys

=> Afin de lutter contre le spam, merci de remplir la case ci dessous avec le résultat de l'addition 9+7 <=
(ca fait seize, mais il faut l'écrire en chiffre, je vous aide)



Generation : Tue, 18 Dec 2018 11:49:43 +0100