Le Jules Verne et la Tour Eiffel

Le "Jules Verne", restaurant d'Alain Ducasse vous accueille tout les jours au sommet de la Tour Eiffel.

 

Mais c'est loin d'être tout les jours dans le budget restaurant : en effet, le soir, le menu est à 200€ (et il est inenvisageable de manger à la carte : 52€ l'entrée la moins chère).

 

 

Il existe cependant une version "un peu" plus abordable : un menu midi en semaine (3 fois moins cher soit 85€) : entrée, plat et dessert (chacun au choix parmi 3) et quelques surprises pas désagréables vous attendent : un amuse bouche, quelques miniardises en complément du dessert : tout est réuni pour un réel régal des papilles... et des yeux !

 

Des yeux tout d'abord, le cadre exceptionnel du restaurant en altitude nous en mets pleins les yeux. Un peu à l'image du "Ciel de Paris" (également essayé 15 jours auparavant), si l'horizon est dégagé, on profite de Paris d'un point de vue nouveau.

 

 

Le design de l'intérieur du restaurant est une invitation à la relaxation :une vaste salle, très calme, structure métallique en alvéole rappelant la tour eiffel, sol doux et confortable : on peut donc commencer la dégustation.

 

 

Tout est pensé et réfléchi (bon vu le prix, c'est normal, mais c'est toujours bien agréable), du morceau de beurre, arborant fièrement le logo du restaurant (JV) et reprenant également les formes metalliques de la tour eiffel, aux 5 sortes de pain disponibles. (notre choix s'est d'ailleurs surtout porté sur un feuilleté à la fleur de sel, résolument délicieux, vu qu'avant même l'arrivée de l'entrée, nous en avions mangé déjà un chacun)

 

En guise d'amuse bouche, on vous amène une émulsion de petits pois délicieuse, mais au goût de "trop peu" ... Bon, en même temps, c'est juste pour commencer, donc c'est bien normal.

 

 

  

Vient ensuite l'entrée. Foie gras de canard et Volaille cuisinés ensemble pour l'heureux bachelier et Saumon marinée et caviar de France pour les autres.

Je ne saurai pas dire ce que j'ai préféré. Quoique je crois que le saumon l'emporte quand même avec son habillage au pesto et l'autre morceau avec sa marinade d'herbes. (et au vu de la photo ci-dessus, je crois que je ne suis pas le seul à avoir apprécié !)

 

2 feuilletés à la fleur de sel plus tard, arrivent nos plats. AIGLE BAR à la plancha, épinard en feuilles, garniture d’une grenobloise, et cette fois c'est le père qui fait dans l'originalité : CANETTE de Challans en aiguillettes, navet fondant, sauce bigarade.

L'aigle Bar, cousin éloigné du bar est un poisson délicieux il faut le dire... Même sans être de grands amateurs d'épinards (pour ne pas dire que je n'aime pas ça), ceux là étaient vraiment délicieux, et la grenobloise (mélange de capres, de tomates et d'olives) était un régal. (si quelqu'un sait pourquoi avec tout ces ingrédients, on a été appelé ça "grenobloise", je suis preneur).

De même la sauce bigarade était fameuse. Il n'est pas resté grand chose... à part du pain... (il n'y avait plus de feuilletés à la fleur de sel).

 

 

Bien que commençant à être rassasié, le dessert est accueilli avec plaisir...

Le SAVARIN À L’ARMAGNAC de votre choix, Chantilly peu fouettée que j'avais choisi était délicieux pour quiconque aime la chantilly... (et le reste aussi). La Tartelette FRAISE/PISTACHE, condiment à la rhubarbe vanillée est également un régal pour les papilles. 

"Condiment à la rhubarbe vanillée", en fait, ça veut dire "compote"... Mais bon, c'est beaucoup plus qu'une simple compote.

 

On apperçoit également sur la photo les miniardises en dessert, petite tarte au citron, mousse vanillée et coulis de fruit de la pssion...

Mais on ne voit pas les chamalows à la menthe fait maison ni les truffes...

 

 

 

Bref, une véritable expédition gastronomique dans un cadre idéal. On en redemande, c'est dommage qu'il n'y ait pas de bac avec mention plus souvent !

 

Je pense que ça vaut le coup de prendre un après midi pour pouvoir y manger un midi. (enfin ça vaut surement le coup le soir également, mais je ne l'ai pas encore envisagé).

 Pour ceux qui veulent, voici le menu "déjeuner".

 

 Finalement cette citation d'Alain Ducasse correspond parfaitement :

"Le Jules Verne n'a pas d'autre ambition que d'être lui même : le plus bel endroit de Paris pour savourer le plaisir d'une cuisine française moderne et accessible".

 

 



Catégorie : Restos ici là bas     Publié le : 17/07/2009 à 08h54



restaurant critiques tour eiffel



Autres articles de ce blog :

Fête de famille dans le Cantal Jeux de sociétés : une bien chouette rubrique

Autres articles sur ce thème :
La Gondole, restaurant de pates à Paris
Tesoro d'Italia
Oh, Chapeau ! Un coréen à Paris

 

Ils ont commenté :



Par Zartampion, le 17/07/2009 à 09h41
Moi j'aurais pris le pigeon à bouffer direk !

Par Claire, le 17/07/2009 à 09h48
Eh ben ça avait l'air très trèèès sympa !!!
Très jolies photos, d'ailleurs...
Un beau cadeau pour un bachelier !!
bises, a+


Par Paulo, le 17/07/2009 à 10h04
J'ai oublié de préciser, qu'il vaut mieux ne pas lire cet article vers 11h, ça risque de donner faim !

Par simplet, le 28/07/2009 à 16h01
Maintenant que tu as visité l'endroit, tu n'as plus qu'à y inviter Mandi, c'est très romantique paraît-il... Clin d'oeil
Cela reste un des regrets, je n'y suis jamais allé Hum . Peut être plus tard, à la retraite.


Par pommaleau, le 31/07/2009 à 09h42
Bien le bonjour !
Paul je souhaite ramener ma science: Le Jules Vernes était dirigé par Elior, qui a perdu son appel d'offre en 2006. Ainsi le Jules Vernes n'existe plus ! Maintenant c'est le 58 ! Alala, si même Alain Ducasse parle de Jules Vernes, Elior peut leur faire un procès... Quelle bonne idée ça dis donc... Je devrais peut être aller voir les gens de mon ancien stage...
Bon sinon si tu veux faire un autre resto sympa (mais un peu chero) ya Les Ombres sur le toit du musée du quai Branly. A faire le soir quand la tour Eiffel scintille et en terrasse of course (parceque ok à l'interieur on voit les ombres du toit fait par la tour eiffel, et on comprend le nom du resto, mais en terrasse c'est plus sympa)!


Par pommaleau, le 31/07/2009 à 09h47
Tiens bah j'ai ecris une betise... Pourtant je croyais qu'on avait pas le droit de reprendre les noms de resto... Alala, j'en apprends tous les jours !

Par Paulo, le 31/07/2009 à 09h48
Le 58 c'est celui situé au 1er étage non ?

Par simplet, le 31/07/2009 à 12h58
C'est bien cela, je confirme Paulo Top .

Sinon, Pommaleau, le restaurant (avec le nom) était une concession...
Donc lorsque Elior a perdu le contrat, il a rendu le restaurant... et le nom, qui a donc été conservé car porteur et surtout pour ne pas désorienter les touristes étrangers, principaux clients de ce restaurant.


 

Votre commentaire :

Pseudo :


Adresse Email :


Site Web / Blog :


Votre commentaire :

Insérez des smileys

=> Afin de lutter contre le spam, merci de remplir la case ci dessous avec le résultat de l'addition 9+7 <=
(ca fait seize, mais il faut l'écrire en chiffre, je vous aide)



Generation : Tue, 21 Nov 2017 14:30:33 +0100