Mais qui est Monsieur Schmitt ? C'est Richard Berry !

Sébastien Thiery nous offre encore une fois une pièce à première vue farfelue à l'image de "Cochons d'Inde" (molière de la meilleure pièce comique 2009)...

 

Cette fois, ce n'est pas Patrick Chesnais qui tient le premier rôle mais Richard Berry. L'auteur est également présent en tant qu'acteur.

 

 

Monsieur et Madame Bélier sont en train de dîner dans leur appartement, quand tout à coup, le téléphone sonne. Or, les Bélier ne sont pas abonnés au téléphone. On demande un certain Monsieur Schmitt.  Les Bélier, ahuris, réalisent alors qu’ils ne se trouvent pas chez eux, ils donc sont enfermés dans l’appartement d’un d’autre....

 

 

Au premier abord comique, cette pièce se veut plus profonde, et nous entraine dans un monde absurde kafkaïen...

 

La détresse dans laquelle se trouve l'homme veut nous interpeller, nous crier que d'une vie bien rangée, pleine de solitude (même si cette solitude n'est pas physique) à la folie il n'y a qu'un pas...

Et ce pas Monsieur Bélier l'a franchi...

 

Sébastien Thierry et ses pièces je crois que c'est "on aime" ou "on aime pas"... mais il est difficile d'avoir un avis "entre les deux"... Moi j'aime assez. Mes camarades de théâtre aiment beaucoup moins....

 

Je ne trouve pas qu'en dire de plus en fait... Mais si ça me revient, je mettrai cette critique à jour.

 

Pour tous ceux qui apprécient le théâtre de l'absurde, "Qui est Monsieur Schmitt" vous ravira...

 

 

 



Publié le : 27/10/2009 à 19h38

 

Cochons d'Inde avec Patrick Chesnais

Cochons d'Inde, ou comment un homme peut-il passer la pire journée de sa vie...

 

Alain (interprété avec talent par Patrick Chesnais) a tout pour réussir (du moins d'un point de vue matériel) : célibataire, agent immobilier, il est riche et gagne beaucoup d'argent. Mais il a aussi les défauts qui vont avec : arrogant, arriviste et sûr de lui, il va se retrouver coincer dans sa banque, alors qu'il venait simplement retirer de l'argent...

Impossible de sortir. Et le moins que l'on puisse dire : c'est que ce ne sont pas les guichetiers qui vont pouvoir l'aider...

 

Patrick Chesnais, dont le nom vous dira surement quelque chose sans pour autant être capable de citer l'une d'entre elles : c'est ainsi : il n'a pas eu souvent de rôles principaux dans ses films.

Dans "Cochons d'Inde", ses talents sont exploitées à juste titre et c'est réussi : toute la pièce, tout l'atmosphère de la pièce repose sur ses épaules !

Au fil des heures passées dans la banque, il devient moins "sûr de lui", moins antipathique, même si les employés eux n'évoluent pas... Ou pas forcément dans le bon sens...

 

Certes, on est loin d'avoir trouvé là "la pièce de l'année", j'espère cependant qu'elle saura se faire une place dans le paysage des scènes de théâtres parisiennes (à la place de j'aime beaucoup ce que vous faites par exemple ?)

 

Attention cependant, la fin est un peu loufoque, voire absurde, mais c'est aussi ce qui donne à la pièce son originalité. Je cite Patrick Chesnais dans le Pariscope : Une comédie qui part dans le burlesque. Ce qui n’empêche pas la tragédie. Car la comédie est le miroir de la tragédie et inversement . Ca résume assez bien l'idée.

Ecrite par Sébastien Thiery qui signe la sa (2ème) pièce, on peut espérer un avenir prometteur pour ce talent. (aussi bien en acteur qu'en comédien, un peu à la manière d'Eric Delcourt).

 

 

Malgré quelques longueurs, que je n'ai pour ma part pas trop senti, on passe une très bonne soirée, et pour les courageux, vous pouvez même pousser jusqu'au restaurant mauricien/créole : l'île Maurice, 61 rue des dames...
Allez-y de ma part, vous serez bien reçu !

 

 

 

D'autres critiques de théatre ici



Publié le : 05/03/2009 à 18h54

 

 

Pages : 1,

Generation : Fri, 03 Apr 2020 03:19:22 +0200